Accueil
Désherbage Manuel
Désherbage Mécanique
Désherbage Thermique
Désherbage Infrarouge
Désherbage Eau chaude
Desherbeur mecanique DMC
Accessoires de débroussaillage
Groupes d' arrosage
Eclaté motopompe
Pulvérisateurs
Eclatés et notices
Aide et infos
Contrôle des pulvérisateurs
Offres WEB
Spécial Toiture
Groupe pour le deneigement et deverglacage par saumure
documentations et videos Cornu





 

 

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

CORNU sas
12 ZA de la Croix
St Mathieu
28320 Gallardon
FRANCE

Tél :  02 37 31 00 10
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

CAUSES ET LIMITATION DE LA DÉRIVE

 

Pendant l’application des produits chimiques pour la protection des cultures, la dérive est le terme employé pour les gouttelettes qui, contenant des produits actifs, ne sont pas déposées sur la surface à traiter. Les gouttelettes les plus sujettes à la dérive sont en général de petite taille, avec un diamètre inférieur à 200 microns, et elles sont facilement emportées en dehors de la surface à traiter par le vent ou d’autres facteurs météorologiques. La dérive peut entraîner le dépôt de produits phytosanitaires dans des zones non souhaitées et avoir de graves conséquences telles que :

  • Provoquer des dégâts sur des cultures contiguës sensibles.
  • Contaminer les eaux de surface.
  • Entraîner des risques sanitaires pour les animaux et les humains.
  • Risquer de contaminer la surface à traiter et les alentours ou de provoquer un surdosage à l’intérieur de la surface à traiter.

Causes de la dérive

Un certain nombre de facteurs contribuent à la dérive du jet ; il s’agit principalement de facteurs météorologiques ou liés à l’équipement de pulvérisation.

  • Finesse des gouttelettes. à l’équipement de pulvérisation, la taille des gouttelettes est le facteur ayant la plus forte influence sur la dérive.

    Lorsqu’une solution liquide est pulvérisée sous pression, elle est atomisée en gouttelettes de tailles diverses : plus la buse est petite et plus la pression de pulvérisation est élevée, plus les gouttelettes sont fines et, de ce fait, plus la proportion de gouttelettes sensibles à la dérive est importante.
  • Hauteur de pulvérisation Plus la distance entre la buse et la surface à traiter augmente, plus la vitesse du vent peut avoir de l’influence sur la dérive. Sous l’influence du vent, la proportion de gouttelettes fines entraînées et considérées comme ayant dérivé peut s’accroître.

    Il faut veiller à ne pas pulvériser avec des buses placées plus haut ou plus bas que les limites recommandées par leur fabricant. (La hauteur optimale de pulvérisation est de 75 cm pour les buses à 80° et de 50 cm pour celles à 110°.)
  • Vitesse de déplacement

    L’augmentation de la vitesse de déplacement peut dévier le jet vers l’arrière du pulvérisateur et l’entraîner dans des courants d’air ascendants et des tourbillons qui emprisonnent les fines gouttelettes et peuvent contribuer à la dérive.

    Appliquer les produits phytosanitaires en utilisant les méthodes recommandées par les professionnels à des vitesses de déplacement maximales de 6 à 8 km/h (jusqu’à 10 km/h avec des buses du type à induction d’air). Plus la vitesse du vent est élevée, plus il convient de réduire la vitesse de déplacement*.

    *Les applications d’engrais liquides à l’aide de buses TeeJet® produisant de très grosses gouttelettes peuvent être effectuées avec des vitesses de déplacement plus élevées.
  • Vitesse du vent
    La vitesse du vent est le facteur météorologique ayant le plus d’effet sur la dérive. Plus les vents sont forts, plus la dérive est importante. Il est de notoriété publique que, dans la plupart des régions du monde, la vitesse du vent varie au cours de la journée (voir Figure 1). Par conséquent, il est important de procéder à la pulvérisation pendant les heures relativement calmes de la journée. Le petit matin et le début de soirée sont généralement les périodes les plus calmes. Voir l’étiquette du produit chimique pour les recommandations concernant la vitesse du vent. Lorsque l’on pulvérise avec les techniques classiques, les règles empiriques suivantes s’appliquent : 

    Quand la vitesse du vent est faible, la pulvérisation peut être effectuée en utilisant les pressions recommandées pour les buses employées.

    Lorsque le vent devient plus fort jusqu’à 3 m/s, la pression de pulvérisation doit être réduite et la taille des buses augmentée, afin d’obtenir des gouttelettes plus grosses qui sont moins sujettes à dériver. La vitesse du vent doit être mesurée tout au long de l’opération de pulvérisation à l’aide d’un anémomètre. Plus le risque de dérive augmente, plus il est important de sélectionner des buses pulvérisant des gouttelettes plus grosses qui sont moins sujettes à dériver. Parmi les buses TeeJet faisant partie de cette catégorie figurent les suivantes : DG TeeJet®, Turbo TeeJet®, AI TeeJet®, Turbo TeeJet® Induction et AIXR TeeJet®.

    Ne pas effectuer d’application lorsque la vitesse du vent dépasse 5 m/s.
  • Température et humidité de l’air

    Lorsque la température ambiante est supérieure à 25 °C avec une humidité relative faible, les fines gouttelettes sont particulièrement sujettes à dériver sous l’effet de l’évaporation.

    Lors d’une application par temps chaud, il peut s’avérer nécessaire de changer de système, par exemple en utilisant des buses qui produisent des gouttelettes plus grosses, ou de suspendre l’application.
  • Volumes des produits phytosanitaires et de la bouillie
    Avant d’appliquer des produits phytosanitaires, l’utilisateur doit lire et suivre toutes les instructions fournies par le fabricant. Lorsque le volume de la bouillie est extrêmement faible, il faut en général employer des buses de petite taille et le risque de dérive s’en trouve augmenté. Il est recommandé d’utiliser le volume de bouillie le plus élevé acceptable. 

 Figure 1.
 Évolution de la 
 vitesse du vent, de la 
 température de l’air et
 de l’humidité relative 
 de l’air (exemple). 
 Source : Malberg

Réglementation des applications en matière de limitation de la dérive

Les organismes de réglementation de plusieurs pays européens ont promulgué des règlements d’utilisation des produits phytosanitaires ayant pour objet de lutter contre la pollution. Afin de protéger les eaux de surface et les zones tampons des chor (les haies et zones herbeuses d’une certaine largeur en sont un exemple), les distances prescrites doivent être respectées pour tenir compte de la dérive. Il existe au sein de l’Union européenne (UE) une directive d’harmonisation des règlements portant sur les produits phytosanitaires dans une optique de lutte antipollution. À cet égard, les procédures mises en œuvre en Allemagne, en Angleterre et aux Pays-Bas le seront également dans d’autres pays de l’Union au cours des années qui viennent.

Afin d’atteindre les objectifs de protection environnementale, des mesures de limitation de la dérive ont été intégrées pour former un instrument central d’évaluation des risques. Il est par exemple possible de réduire la largeur des zones tampons si on utilise certains équipements ou techniques de pulvérisation agréés par certains organismes de réglementation. Un grand nombre des buses TeeJet conçues pour réduire la dérive ont été agréées dans plusieurs pays de l’Union européenne. Ces agréments couvrent une certaine catégorie de réduction de la dérive telle qu’un contrôle de la dérive à 90, 75 ou 50 % (90/75/50). Cette classification est basée sur une comparaison avec le débit de 03 à 3 bar de la buse de référence du BCPC.

 

Fig 2_Wind Velocity

Figure 2.
 DV0.1 pour les buses 
 XR, DG et TT avec 
 limites inférieures du 
 DV0.1 pour diverses 
 vitesses de vent.

 

 *Dv0.1 de la 
 buse XR11002 
 à 2,5 bar.

Buses antidérive de première et de deuxième générations

Le risque de dérive peut être minimisé, même lorsque l’on doit utiliser des buses de petite taille, en choisissant le type de buse approprié. Des buses telles que Turbo TeeJet® (TT),  et Air Induction TeeJet (AI)  produisent des jets à gouttelettes moyennes à grosses, même pour les tailles de buse les plus petites. Les gouttelettes de forte taille sont beaucoup moins sujettes à la dérive, mais dans certains cas, la couverture de la surface à traiter peut être moins bonne en raison de la réduction du nombre des gouttelettes. Il faut en tenir compte, en particulier quand on utilise des produits phytosanitaires de contact..

Les buses à jet plat grand angle dotées d’un pré-orifice peuvent produire des gouttelettes de plus grande taille à pression égale, sans réduction de débit. Les buses AI, TT, TTI et AIXR comprennent un pré-orifice qui assure le mesurage principal du débit. L’orifice de sortie, de taille plus élevée, produit une régulation secondaire du débit et détermine la forme de projection (voir Figure 2).

Les buses de type venturi, telles que les buses AI, TTI et AIXR, se servent d’un pré-orifice pour créer un flux à vitesse élevée, puis injectent de l’air via une ouverture latérale. Le mélange d’air et de liquide est ensuite éjecté à faible vitesse, ce qui crée de très grosses gouttelettes remplies d’air. Toutefois, l’obtention de gouttelettes remplies d’air n’a lieu qu’avec des produits phytosanitaires ayant une concentration suffisante en agents de surface.

La figure 3 montre la différence de finesse des gouttelettes entre les buses TeeJet XR et TT, en se basant sur le calcul du DV0.5. Cette figure permet de tirer les conclusions suivantes :

  • Les valeurs de DV0.5 obtenues par la buse TT sont environ 10 à 20 % plus élevées que celles de la buse DG à pression égale.
  • Les valeurs de DV0.5 pour la buse TT à une pression de 1.0 bar sont à peu près 70 % plus élevées que celles de la buse XR.

Fig 3_VMD

 Figure 3.
 VMD des buses
 XR, DG et TT en 
 fonction de la pression.

 Conditions de mesure :

  • Test laser Doppler
  • Mesure continue PDPA
    (analyse phase Doppler) sur
    toute la largeur de pulvérisation
    à jet plat (PDPA)
  • Distance : 50 cm (mesurée
    le long de l’axe de la buse)
  • Température de l’eau : 21 °C

Résumé

Il est possible de remédier efficacement à la dérive si l’on possède les connaissances adéquates sur les équipements et sur les facteurs qui influencent ce phénomène. Pour chaque application, il faut maintenir un équilibre entre la limitation de la dérive et l’efficacité de la protection des cultures. Les facteurs répertoriés ci-dessous doivent être pris en considération pour assurer une application de pulvérisation précise et sans danger.

  • Pression de pulvérisation
  • Taille de buse 
  • Débit
  • Hauteur des buses de pulvérisation
  • Vitesse de déplacement 
  • Vitesse du vent 
  • Température et humidité relative de l’air 
  • Zones tampons (respect de distances suffisantes par rapport aux zones sensibles) 
  • Instructions données par le fabricant de produits phytosanitaires

Même lorsque l’on a pris en compte tous les facteurs pouvant avoir des répercussions sur le risque de dérive, il peut parfois s’avérer tout de même nécessaire d’envisager de recourir aux buses à dérive limitée, telles que les buses AI, TTI ou AIXR.

 

 © Copyright 2017 CORNU SAS Tous Droits Réservés
plan du site
Devis site Internet